17 juin 2021

Un été avec Baudelaire

Compagnon, Antoine

Un été avec Baudelaire

Antoine Compagnon a également écrit Un été avec Montaigne (2013) dont il dira qu’il a été moins difficile à écrire, Baudelaire étant un écrivain plein de paradoxes, pouvant être aussi féroce que sensible et qui parle lui-même de sa mélancolie.

Portrait magnifique et touchant de ce poète qui deviendra « le plus grand poète français », encore actuel, dépassant Victor Hugo, et pétillant d’intelligence.

Comme les autres livres de monsieur Compagnon que j’ai lus, Un été avec Baudelaire est très agréable à lire. L’auteur, érudit et sensible, cite, à l’appui, de nombreux passages de cette œuvre mémorable et qui donnent le goût d’y revenir.

Par exemple, un passage de Spleen :
« J’ai plus de souvenirs que si j’avais mille ans
Un gros meuble à tiroirs encombré de bilans
De vers, de billets doux, de procès, de romances
Avec de lourds cheveux roulés dans les quittances […]
Je suis un vieux boudoir plein de roses fanées,
Où gît tout un fouillis de modes surannées… »

Et pourtant, tristement, Charles Baudelaire est mort à 46 ans, mais quelle œuvre il a laissée !

À l’occasion de cette lecture j’ai relu un poème de Baudelaire qui fait du bien, inspiré par son côté idéaliste : https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89l%C3%A9vation_(Charles_Baudelaire)

Membre : N.L., Île-des-Sœurs

Compagnon, Antoine. Un été avec Baudelaire, France Inter / Éditions des Équateurs, 2015, 113 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter