12 août 2021

Pleurer au fond des mascottes

Boulerice, Simon

Pleurer au fond des mascottes

Souvent, en voyant Simon Boulerice à la télé, je me suis demandé ce que cachaient ses gestes virevoltants et ce sourire qui traverse littéralement sa figure, d’une oreille à l’autre. Quelle vie y avait-il derrière cette vaste culture qui me semblait faire office de paravent ?

La réponse est dans l’exergue de ce livre : « Il faut se travestir pour vivre » et c’est très bouleversant.

Voici une lecture échevelée qui se construit dans le désordre. Une lecture chaotique, un récit qui saute du coq à l’âne. Pas toujours facile à suivre, une route par les petits chemins de traverse.

C’est une écriture pointilliste, par laquelle il nous invite à prendre du recul pour apprécier l’ensemble. J’avoue ne pas y être arrivée très souvent. J’ai trouvé cette lecture étourdissante, en même temps empreinte de détails sur la douleur et la souffrance de l’enfance de Simon Boulerice. Beaucoup, beaucoup de détails.

Simon : un enfant de l’ombre qui espère la lumière, une nature ténébreuse qui veut émerger de sa pénombre et qui en même temps se cache.

J’admire cet auteur, pour ses créations et pour son rôle d’éveilleur de conscience à des situations souvent très délicates, mais je ne sais pas si j’aime ce personnage public qu’il joue comme dans une pièce de théâtre. En lisant Pleurer au fond des mascottes, j’ai compris le rôle littéraire qu’il s’est donné, le sens de sa création : faire rire ou pleurer, mais faire réagir.

Je ne sais pas trop si j’aime ce livre, mais j’admire la sincérité et l’honnêteté de l’auteur. C’est finalement le récit d’un mal être de celui qui a « un cœur de poussin dans une fourrure de lapin », un homme à l’éternelle « juvénilité ». Un être hypersensible, à qui on ne peut s’empêcher de souhaiter de la joie et de la lumière.

Est-il bipolaire ? Un Jean qui rit et Jean qui pleure ? Finalement je pense avoir compris, dans ce brouhaha de détails et ses nombreuses bifurcations, que cet homme a un criant besoin de dire qui il est vraiment. Un acteur dans la vie publique qui porte un masque sur sa souffrance, mais qui a choisi de sourire.

Membre : Monique L. de Cookshire-Eaton

Boulerice, Simon. Pleurer au fond des mascottes, Éditions Québec Amérique, collection III, 2020, 184 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter