27 mai 2021

Monique Leyrac. Le roman d’une vie

Dompierre, François

Monique Leyrac le roman d'une vie

Comme le dit l’auteur d’entrée de jeu, ce livre n’est pas la biographie exhaustive que mérite cette immense artiste décédée en 2019. Tout au plus un récit composé de ses souvenirs et des souvenirs de certains de ceux qui l’ont côtoyée tout au long d’une carrière de plus de 55 ans, à laquelle elle a volontairement mis fin en 1997 car, comme elle disait elle-même, « elle n’aimait pas les vieilles chanteuses ».

On la suit donc depuis son enfance dans une famille pauvre de Rosemont jusqu’à ses triomphes sur la scène, en passant par ses débuts dans des cabarets plus ou moins mal famés de la rue Saint-Laurent. Ayant quitté l’école à 14 ans, elle n’a cessé de développer et de parfaire ses connaissances et sa culture, pour se hisser en quelques années au niveau des plus grandes interprètes, au théâtre comme dans la chanson.

C’est ce dernier domaine qui l’a principalement fait connaître au public, en France comme au Québec. Gagnante de concours internationaux (Sopot et Ostende, 1965), elle a interprété les plus grands auteurs. Qui a entendu son interprétation de La Manikoutai de Gilles Vigneault ne pourra jamais l’oublier. Cependant, on oublie souvent qu’elle a aussi tenu de nombreux premiers rôles au théâtre, un médium qui forcément laisse peu de traces.

Monique Leyrac (née Monique Tremblay) était à l’évidence une femme déterminée à suivre la voie qu’elle avait choisie – elle avait le caractère pour y parvenir. François Dompierre est discret sur les compromis qu’elle a peut-être faits en début de carrière, mais elle n’a jamais été facile à vivre pour ceux qui l’entouraient.

Le livre fourmille de détails sur le milieu artistique de Montréal des années 40 à 70 ; on peut regretter que l’auteur y ait ajouté des dialogues qui semblent plaqués et dont il n’avait pas besoin pour faire vrai.

Membre : Pierre, abonné de la bibliothèque Germaine-Guèvremont

Dompierre, François. Monique Leyrac : le roman d’une vie, Éditions La Presse, 2019, 297 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter