13 mai 2021

Mon frère Paul

Villeneuve, Marité

Mon frère Paul

Une belle écriture, un rythme qui impose d’être attentif aux différents tableaux mis en scène. On entre dans le récit comme si une cousine éloignée revenait nous visiter pour nous donner des nouvelles de son clan.

L’auteure raconte son grand frère, son idole de jeunesse, celui qui l’impressionnait lorsqu’elle était gamine, jusqu’à sa rupture avec la réalité, jusqu’à ses derniers moments, son dernier souffle. Elle nous communique la passion de son frère pour un Québec souverain, un Québec habité par des hommes et des femmes engagés, de fiers bâtisseurs, avec en tête un modèle de société idéologique, un rêve, une utopie.

Les déceptions accumulées auront eu raison de l’équilibre de l’homme, du poète, du sociologue. Marité Villeneuve avait sûrement un objectif, même inavoué, d’inciter ses lecteurs-lectrices à faire connaissance avec l’oeuvre de Paul Villeneuve (1944-2010). Et pourquoi ne pas rééditer Johnny Bungalow (1974) ?

Membre : Blainville

Villeneuve, Marité. Mon frère Paul, Éditions Del Busso, 2020, 384 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter