15 juil 2021

Là où nous dansions

Perrignon, Judith

Là où nous dansions

Je venais de terminer ce roman quand j’ai appris la mort de Mary Wilson. Quel rapport, me direz-vous ?

Detroit, cette gigantesque ville industrielle où beaucoup d’Afro-Américains se sont installés, quittant le Sud pour travailler dans les usines de l’industrie automobile, Ford, Chrysler.

Detroit, qui a vu naître Motown et tous ces artistes : Stevie Wonder, Marvin Gaye, Diana Ross, Mary Wilson, la chanteuse du groupe américain The Supremes…

Mary Wilson qui a grandi dans le Brewster Project. Un ensemble de logements sociaux, dont on a détruit l’une des dernières tours.

Détroit, déclarée en faillite qui sombre, mais c’est aussi une ville qui danse ! Qui se souvient : « Peut-être bien que cette ville n’est plus qu’une vieille histoire, un roman américain démodé, et je suis dedans, prêt à être écrasé quand on le refermera. »

Judith Perrignon nous livre là, à la fois, un hommage à l’innocence et un témoignage fort sur l’histoire d’un quartier et de ceux qui y vivent. C’est aussi un formidable feu d’artifice musical, orchestré par un trio féminin incarnant mieux que quiconque, et à jamais, le pouls de Détroit. Son cœur. Sa soul. Son âme.

Membre : France

Cette suggestion est proposée par un lecteur du Pays de Romans – France, membre du club de lecture Troquez vos Irrésistibles et partenaire du Club Les Irrésistibles des Bibliothèques de Montréal.

Perrignon, Judith. Là où nous dansions, Éditions du Rivages, 2020, 345 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter