27 mai 2021

Journal d’un amour perdu

Schmitt, Éric-Emmanuel

Journal d'un amour perdu

Dans ce bouquin de 251 pages, nous parcourons l’histoire d’un deuil. Le livre débute avec le décès de la mère de l’auteur. Par la suite, nous suivons Éric-Emmanuel Schmitt durant son deuil, les activités d’écriture, les représentations au théâtre. Il nous livre, avec une écriture généreuse et limpide, les réflexions qui ont suivi cette perte.

Journal d’un amour perdu est parsemé de petites réflexions intéressantes. Je me permets de partager avec vous la suivante : « Il ne faut pas abîmer l’amour avec des mots. L’amour est une fleur précieuse qu’on préserve par un silence sacré, de peur qu’elle porte la cicatrice des termes inadéquats. »

Lors de cette lecture, je revenais au livre de Catherine Mavrikakis, L’Absente de tous bouquets (Héliotrope, 2020). Cette façon de livrer son vécu face au deuil récent est pertinente. Le deuil fait partie de nos vies et comme l’écrivait (enfin je crois) Saramago : « Les morts sont présents autour de nous. »

Écrire sur un deuil vécu demande du courage ; j’ai lu ce livre avec plaisir et respect.

Membre : Pierre, Saint-Jean-sur-Richelieu

Schmitt, Éric-Emmanuel. Journal d’un amour perdu, Éditions Albin Michel, 2019, 251 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter