14 mai 2015

Yeruldelgger

Manook, Ian

yerruld

Au XIIIe siècle, la Mongolie était un petit pays peu connu, d’à peu près deux fois et demie la superficie de la France avec une population tribale et nomade inférieure à un million d’habitants. Cette contrée minuscule, enclavée entre la Russie et la Chine, a vu naître Gengis Khan, un guerrier cruel et sanguinaire, qui, fort de son armée de 180 000 hommes, a bâti un empire aussi grand que celui de la reine Victoria au début du XXe siècle. Huit cents ans plus tard, venu de nulle part, le Français Ian Manook (de son vrai nom Patrick Manoukian) avec son personnage l’inspecteur Yeruldelgger (je vous épargne le nom mongol) nous dévoile une Mongolie moderne aux prises avec de nouveaux conquérants chinois et coréens.
Tous les ingrédients du roman à succès y sont réunis : une intrigue qui vous garde en haleine, la sempiternelle confrontation des forces du bien et du mal, la disparition des traditions par rapport aux progrès, les brutes et les belles femmes, tout ça dans le décor sublime des steppes légendaires jusqu’à la puanteur à la Zola des égouts d’Oulan-Bator.
Dans la lignée des Ian Fleming, Philip Kerr et Stieg Larsson, il est fort probable que l’auteur connaisse une ascension fulgurante au firmament des incontournables auteurs de roman policier.

Membre : Pointe-Claire

Manook, Ian. Yeruldelgger, Éditions Albin Michel, 2013, 542 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*