04 jan 2018

Valérian, vu par… 1, L’Armure du Jakolass

Larcenet, Manu

L'Armure du Jakolass BD

Dans le bistro de Chez Francisque, René – soudeur âgé, dégarni, hirsute, la clope au bec – récite un poème chantant les espaces intergalactiques à son ami Jean-Pierre. À la sortie du bistro, il tombe sur Monsieur Albert et les trois Shingouz qui lui expliquent qu’il n’est pas celui qu’il croit être. Il est en fait l’agent spatio-temporel d’élite Valérian que Jesperiank le Jakolass a téléinterné dans le corps d’un inoffensif humain à moustache du XXIe siècle grâce à un procédé connu de lui seul !

Il faut donc pénétrer les défenses inviolables de la planète-prison Walawalla où le Jakolass est incarcéré pour ses crimes et lui extraire les secrets de la technologie du télé-internement ! Mission impossible ? Aucune situation, même pas avec des péripéties rocambolesques, n’est à l’épreuve d’un agent spatio-temporel surentraîné ! Et même quand il y a eu erreur sur la personne…

Je n’ai jamais porté trop d’attention à la série Valérian vu par…, car je ne la considérais pas comme du « vrai » Valérian. Mais, maintenant que la série est terminée et que j’en suis un peu nostalgique à la suite de la sortie du film, je me résigne à l’inclure dans mes lectures. J’avais surtout peur que le style caricatural et l’humour Fluide Glacial de Manu Larcenet n’en fasse une parodie de bas étage, mais j’ai trouvé cela étonnamment bon ! C’est humoristique, certes, mais les personnages (comme les Shingouz, Monsieur Albert et Laureline) sont très reconnaissables et le récit est digne d’une aventure légitime de nos agents spatio-temporels favoris !

Cela valait donc la peine de lire cette BD et je n’ai aucun regret. Que vous soyez fan de la série originale ou non, je crois que cela vaut bien un coup d’œil !

Pour lecteur de 12 ans et plus.

Membre : Claude J, Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension

Larcenet, Manu. Valérian, vu par… 1, L’Armure du Jakolass, Éditions Dargaud, 2011, 56 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*