23 déc 2011

Une histoire de la lecture

Manguel, Alberto

Pour nous tous, membres du Club des Irrésistibles, la lecture est un loisir des plus importants. Pour moi, comme pour d’autres, sans doute, c’est même une passion. Si un jour je perds la vue, j’y perdrai sans doute aussi la vie. Une histoire de la lecture est loin d’être un livre facile, « mais c’est un livre savant qui se lit comme un roman d’aventures. » Il s’agit d’un essai que l’auteur aura mis sept ans à rédiger. Saviez-vous que l’écriture est venue bien après le langage et que l’on peut bien vivre sans lire mais non sans parler ? Saviez-vous aussi que l’écriture ne peut exister sans la lecture ? Ou que la lecture est un acte qui se fait de centaines de façons différentes selon l’époque, selon la société dans laquelle on vit, selon que l’on est un homme ou une femme ? Je ne pourrais pas, ici, citer toutes les phrases qui m’ont interpellé. Mais il y en a une ou deux qui en valent vraiment la peine : « L’acte d’écrire établit une relation intime, physique à laquelle prennent part tous les sens : les yeux saisissent les mots sur la page, les oreilles font écho aux sons lus, le nez respire l’odeur familière de papier, de colle et d’encre, la main caresse la page rugueuse ou lisse, la couverture souple ou dure ; même le goût intervient parfois, quand le lecteur porte les doigts à sa langue (c’est ainsi que le meurtrier empoisonne ses victimes dans Le Nom de la rose d’Umberto Eco). »
Après ça, on viendra me dire que les tablettes électroniques de lecture sont un progrès…
Et vers la fin : « Nous lisons dans l’ignorance. Nous lisons à longs gestes lents, comme si nous flottions dans l’espace, en apesanteur. Nous lisons plein de préjugés, dans la malice. Nous lisons généreusement, pleins d’indulgence pour le texte, comblant les vides, réparant les erreurs. Et parfois, quand les astres nous sont favorables, nous lisons le souffle court, parcourus d’un frisson, comme si quelqu’un ou quelque chose avait « marché sur notre tombe », comme si un souvenir enfoui au fond de nous est soudain libéré – comme si nous reconnaissions une chose dont nous avions toujours ignoré la présence, ou une chose que nous sentions vaguement, ombre ou petite lueur, dont la silhouette fantomatique s’élève et rentre en nous avant que nous ayons pu voir ce que c’était, nous laissant plus vieux et plus sage. »

Titre original : A History of Reading



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Membre : Montréal

Manguel, Alberto. Une histoire de la lecture, Éditions Actes Sud, Leméac, 1996, 1998.

Catégorie : Documentaires/Essais

Consulter la disponibilité de ce document dans nos bibliothèques.

2 réponses pour “Une histoire de la lecture”

Luc Jodoin dit : - 23 décembre 2011

Peu m'en chaut le format : la voix, la pierre, le papier, le numérique. Ce qui m'importe c'est l'oeuvre, la lecture, la rencontre. Excellent livre, par ailleurs, ce Manguel. Joyeuses fêtes! Luc

2 réponses pour “Une histoire de la lecture”

C Vaillant dit : - 23 décembre 2011

Excellent livre qui donne encore plus envie de lire ! c'est essentiel à notre bien-être. Merci de ce rappel ! Joyeuses Fêtes à tous ...

Pour laisser un commentaire

*