04 juil 2019

Une famille comme il faut

Ventrella, Rosa

Une famille comme il faut

Le titre aurait pu être « Malacarne », ce qui signifie « viande avariée » mais aussi « mauvaise graine ». À mon avis, c’eut été plus significatif.

Comme dans tout bon roman italien, il y a beaucoup de personnages, une bonne quarantaine. Mais le récit se concentre sur quatre d’entre eux : Maria, son père Antonio, sa mère Teresa et son ami Michele.

C’est moins difficile à suivre que L’Amie prodigieuse d’Elena Ferrante. Et c’est moins intense comme histoire : Maria n’est pas Lila, peu sans faut, Michele Senzasagne n’est pas Michele Solara et Bari n’est pas Naples.

Ceci dit, ce roman vaut la peine d’être lu. C’est le premier de Rosa Ventrella. Je suis curieux de lire son deuxième.

Titre original : Storia di una famiglia perbene

Membre : Saint-Jean-sur-Richelieu

Ventrella, Rosa. Une famille comme il faut, Éditions Les Escales, 2018, 2019, 282 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*