21 oct 2021

Une deux trois

Mishani, Dror

Une deux trois

La numéro un se prénomme Orna. À la suite de son divorce, elle s’est inscrite sur un site de rencontres juste pour voir – elle n’envisage rien de particulier. Guil est lui aussi inscrit sur ce site et le profil d’Orna lui plaît ; il la contacte.

Après plusieurs échanges, ils envisagent de se rencontrer pour faire plus ample connaissance. Orna n’est pas très réceptive aux avances de Guil, mais ce dernier ne se décourage pas, si bien que tous deux nouent une relation. Et puis un jour, Orna est retrouvée pendue dans une chambre d’hôtel à Bucarest.

La numéro deux s’appelle Emilia. D’origine lettonne et parlant très mal l’hébreu, elle n’a trouvé qu’un emploi d’auxiliaire de vie. C’est d’ailleurs chez le père de Guil qu’elle travaille. À la mort du vieil homme, Emilia est contrainte de quitter la chambre qu’elle occupait et de trouver un autre emploi dans une maison de retraite. Entre-temps, Emilia et Guil se sont rapprochés, mais Emilia est retrouvée morte ; elle s’est suicidée en s’asphyxiant avec un sac plastique.

La numéro 3 s’appelle Ella. Un petit matin, alors qu’elle travaille sur sa thèse à la table d’un café, Guil l’aborde…

Roman policier surprenant dans sa construction. L’auteur des crimes est connu du lecteur. Il s’agit alors de savoir si Guil va se faire arrêter, car ce meurtrier sait savamment effacer toutes les traces qu’il peut laisser dans la vie des femmes qu’il rencontre. On ne peut s’empêcher de penser combien de victimes ont précédé Orna…

Premier roman que je découvre de cet auteur israélien ; j’ai vraiment beaucoup aimé.

Membre : France

Cette suggestion est proposée par un lecteur du Pays de Romans – France, membre du club de lecture Troquez vos Irrésistibles et partenaire du Club Les Irrésistibles des Bibliothèques de Montréal.

Mishani, Dror. Une deux trois, Éditions Gallimard, collection Série noire, 2018, 2020, 329 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter