26 jan 2017

Une année studieuse

Wiazemsky, Anne

Une annee studieus Wiazemsky

Anne Wiazemsky écrit à Jean-Luc Godard. Elle lui fait part de son appréciation pour son dernier film Masculin Féminin (1966). Elle l’aime, en tant que personne, semble-t-il. Il lui donne rendez-vous dans un café. Alors commence leur idylle, une liaison progressive assez rapide.

Anne nous fait part aussi de sa vie scolaire, de ses démêlés avec sa mère et de son amour grandissant pour Jean-Luc Godard. Il semble amoureux fou d’elle, lui, un protestant divorcé, presque 17 ans de plus qu’elle, cinéaste connu. Il lui fait des cadeaux.

Anne participe à part entière au tournage de La Chinoise (1967), le nouveau film de son amoureux. Anne aime l’expérience, elle devient très attirée par le cinéma.

Le contenu d’Une année studieuse est une histoire bien présentée, facile à suivre, très vraisemblable, quoique un peu exagérée et artificielle. Anne Wiazemsky crée une atmosphère propre aux gens du 7e art. Le thème principal est le cinéma, bien sûr.

Écriture fluide, mais linéaire, d’une neutralité indifférente, aucune poésie. Le récit nous envahit parfois. Ça se lit un peu comme le texte d’une reporter dans Paris Match, photos en moins, dialogues en plus.

La principale qualité de ce livre est de susciter la curiosité du lecteur et de lui enlever ses illusions quant à la petite fille sage, pure et chaste de la riche aristocratie.

Anne est la fille (supposée) d’une princesse russe (p. 225) et la petite-fille de François Mauriac.

Le lecteur demeure intrigué et s’interroge à propos de tant de fougue insouciante pour vaincre les interdits, héritage des générations précédentes.

Appréciation : contraire d’un thriller ; curiosités élémentaires au sujet de la vie cinématographique ; très peu d’étincelles. Coup de cœur très timide : 6/10.

Membre : Verdun

Wiazemsky, Anne. Une année studieuse, Éditions Gallimard, 2012, 262 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*