09 jan 2020

Un monde vacillant

Ozick, Cynthia

Un monde vacillant

Rose Meadows a dix-huit ans quand elle entre au service des Mitwisser. Malgré son jeune âge, elle a déjà un passé difficile derrière elle.

Les Mitwisser sont une famille de Juifs berlinois, qui ont dû fuir la montée du nazisme et qui se retrouvent dans le Bronx. « Se retrouvent » est un bien grand mot, car c’est une famille complètement désorganisée.

Le père fait des recherches sur le Karaïtes, une secte juive dissidente du IXe siècle. Elsa, sa femme, refuse ce nouveau monde, cette nouvelle langue et semble avoir perdu la raison. Autour d’eux, trois garçons et deux filles. L’aînée mène ce beau monde à la baguette… elle refuse d’aller à l’école et est très présente auprès de son père. La cadette est complètement isolée et laissée à elle-même.

Entre les deux, trois fils qui fréquentent l’école américaine. Un mystérieux bienfaiteur fait vivre toute la famille.

Cynthia Ozick nous offre « un roman subtil, une fresque métaphysique peuplée de personnages fragiles et incandescents », comme on peut le lire à l’endos du livre.
Et la fin… je ne l’ai vraiment pas vue venir !

Titre original : Heir to the glimmering world

Membre : Laval

Ozick, Cynthia. Un monde vacillant, Éditions de L’Olivier, 2004, 2005, 407 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*