29 nov 2018

Un monde à portée de main

Kerangal, Maylis de

Un monde à portee de main

J’avais beaucoup aimé Réparer les vivants (2014) de la même auteure.
Un monde à portée de main nous transporte dans un tout autre univers : celui de l’art. Paula Karst, désœuvrée après son bac et ne sachant quelle direction prendra sa vie, s’inscrit un peu par hasard dans une école d’art à Bruxelles se spécialisant dans le trompe-l’œil et les décors.

Elle s’est liée d’amitié avec Kate et son colocataire Jonas, inscrit à la même école, plus inventif et doué qu’elle. Nous les suivons dans leur travail exténuant et intensif, puis dans les premières mises à l’épreuve de leur enseignement. Paula se fera embaucher en Italie à Cinecittà puis à Paris et enfin à Lascaux.

L’auteure maîtrise parfaitement la langue française et son très riche vocabulaire, mais son roman ne m’a pas fait vibrer avec une surabondance de termes techniques qui, par moments font un peu pédant, et de longues descriptions de plus d’une page avec des virgules pour simple ponctuation et qu’il faut relire pour ne pas s’y perdre, c’est un peu lassant !

J’ai, par contre, apprécié le passage sur la grotte de Lascaux que j’ai reconnue ayant eu le privilège de la visiter. C’est un roman intéressant mais pas passionnant, même un peu décevant.

Membre : Outremont

Kerangal, Maylis de. Un monde à portée de main, Éditions Gallimard, 2018, 288 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*