21 mai 2020

Un lien familial

Bismuth, Nadine

Un lien familial Bismuth

Me proposant d’être à un certain diapason avec les lectrices et les lecteurs du temps présent grâce au « Combat des livres 2020 », j’ai lu une première œuvre proposée : Un lien familial de Nadine Bismuth. J’ai su par la suite que ce livre était sorti vainqueur de l’événement en question.

Roman contemporain sur un style de vie au rythme effréné où il faut conjuguer entrepreneurship, relations de couple intra et extramaritales, enfants qu’il faut cueillir à la fin de la journée de même qu’enrichir leurs curriculums, vie familiale…

La cuisine est le lieu symbolique qui cimente tous ces liens. Paradoxe des temps modernes : on vénère la cuisine et on y cuisine très peu. (Quoique… avec la pandémie que nous vivons actuellement, cela a sûrement changé la donne).

Pour faire ressortir un semblant de légèreté, on accorde une grande importance à la décoration de la cuisine. On y parle de métiers à la mode : avocats, designers, stylistes culinaires. Il y a beaucoup d’argent qui circule, les échanges sexuels entre partenaires de travail sont manifestes, avec les inévitables mensonges qui s’ensuivent. Tout cela contribue à une atmosphère où tout va vite. D’ailleurs, la lecture en est haletante. Il y a beaucoup de rebondissements dans l’histoire.

Parallèlement à cette description de moeurs, il y a un bruit de fond, une trame qui alimente un des thèmes du roman : la pression de vivre dans un monde idéal.

La question est posée : quelles sont les conséquences des relations amoureuses jetables ? Où nous mène ce morcellement familial ?

L’écriture est simple, efficace. Les chapitres alternent entre le journal de bord et le vécu de deux personnages. Beaucoup de monde entourent les deux protagonistes.

Je dois dire que la couverture du livre suggère un mode de vie qui déboule, mais ne rend pas justice, par ailleurs, à la profondeur de l’histoire.

Encore une fois, je trouve l’épigraphe très juste : « Si les choses doivent se passer comme ça, pourquoi a-t-il plu au Tout-Puissant de créer des familles ? » (George Eliot, Middlemarch)

À lire pour le plaisir et la réflexion.

Membre : Johanne D. de Rosemont

Bismuth, Nadine. Un lien familial, Éditions du Boréal, collection Boréal compact, 2018, 318 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter