22 jan 2015

Un homme, ça ne pleure pas

Guène, Faïza

Un homme ça ne pleure pas

« Personne ne repart jamais de zéro, pas même les Arabes qui l’ont pourtant inventé. » C’est la phrase-clé de ce très bon roman dans lequel Mourad, le personnage principal, se bat contre ses démons incarnés dans les idées de son père.
Résumé : « Dans la banlieue de Nice, la famille Chennoun vit au mieux de ses contradictions. Abdelkader, le « padre », ancien cordonnier, met en garde son unique fils, Mourad, contre les larmes qu’un homme doit refouler. Mourad, lui, les verserait volontiers, écrasé qu’il est par une mère, Djamila, aimante, envahissante et possessive, dispensatrice d’une nourriture pléthorique et sacrificatrice de ses rares amis : c’est en garçon solitaire, désaltérant ses soifs dans la seule lecture, qu’il grandit. L’aînée des filles, Dounia, refuse sa condition de fille musulmane inféodée à sa famille, rêve d’une brillante carrière politique et rompt les amarres sous les imprécations de ses parents et de sa cadette, Mina, respectueuse de la tradition… Devenu prof de français, Mourad quitte Nice peu après que le « padre » eut fait un AVC et se fut figé dans une demi-mort sur un lit d’hôpital. Nommé à Montreuil (Seine-Saint-Denis), Mourad est hébergé dans un somptueux appartement du XVIe arrondissement par son cousin Miloud, un beau gosse cynique qui est passé par la case prison en Algérie et incendie les sens d’une très riche quinquagénaire à particule… Mourad est désorienté, mais ce n’est rien à côté de ce qui l’attend au collège Gustave-Courbet. Trouvera-t-il jamais la tranquillité à laquelle il aspire depuis toujours ? »

Membre : Villeray

Guène, Faïza. Un homme, ça ne pleure pas, Éditions Fayard, 2014, 315 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*