20 août 2015

Un bonheur insoutenable

Levin, Ira

un bonheur insoutenable

Roman d’anticipation écrit en 1969 par Ira Levin, l’auteur de Rosemary’s Baby (1967).
An 2000 par là, UniOrd, Uni pour les intimes, a pris le contrôle des destinées de l’humanité. Il y avait auparavant un ordinateur par continent, mais depuis la grande Unification, il n’y en a plus qu’un seul et unique pour la planète. Les Sapiens du monde civilisé sont diminués par le truchement d’un bracelet de contrôle qui permet à Uni de les reconnaître en sachant en tout temps où ils se trouvent. Par ailleurs, ils doivent subir mensuellement un traitement pharmaceutique qui les rend dociles et avenants, suppression des pulsions agressives, stimulation de l’empathie et réduction de la libido. Sous l’égide d’Uni, plus de guerre, plus de violence, plus d’exploitation, plus d’inégalités. Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. UniOrd s’est donné pour mission d’organiser, de planifier et d’encadrer les Sapiens dans leur conquête pacifique de l’univers et de leur propre bonheur. En résumé, des légumes se répandent dans la Galaxie.
Un petit groupe d’anormaux a trouvé des astuces pour se soustraire en partie au traitement hormonal mensuel obligatoire. Ils sont très heureux de pouvoir retrouver leur libido et se rencontrent en secret pour en jouir, ainsi que de leur conscience retrouvée.
Rien de mieux qu’un Museum pour accueillir des anormaux qui réussissent à se soustraire au traitement mensuel. C’est le Museum des bidules d’avant la grande Unification. Dans le Museum, on ne trouve toutefois plus un seul livre dans la langue dominante. Il faut se mettre martel en tête pour traduire les langues inconnues (avec trémas et petits cercles au-dessus des voyelles, notamment) dans lesquelles les bouquins disponibles sont écrits. C’est un passage obligé, car il faut bien savoir si les atrocités concernant le passé que l’on diffuse dans la TV (ça serait l’Internet, de nos jours) sont bien réelles ou ne sont que balivernes. Il s’agit de déterminer si ça vaut la peine de s’embêter pour enclencher une révolution visant à revenir vers le passé d’avant la Grande Unification ou s’il n’est pas préférable de se contenter de profiter du petit espace de liberté clandestine qu’on a pu récupérer.
Il se trouve qu’il y a dans la culture populaire le vague souvenir de Sapiens comme on les a toujours connus qui auraient résisté à la grande Unification et qui, rumeur, auraient pu survivre dans des endroits inaccessibles de la planète… De plus, UniOrd s’est donné la peine de maquiller avec une feinte maladresse les endroits en question des cartes géographiques offertes en consultation dans le Museum… Un individu libéré un peu malin pourrait bien suivre cette piste. Pourquoi ne pas tenter de rejoindre ces Sapiens comme on les a auparavant connus ? S’ils existent, c’est un pari… Mais s’ils existent, on pourra lancer la guerre de la Grande Revanche… Y arriveront-ils ?

Titre original : This Perfect Day

Membre : St-Athanase

Levin, Ira. Un bonheur insoutenable, Éditions Robert Laffont, collection J’ai Lu, 1970, 1971, 371 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*