09 août 2018

Trois jours et une vie

Lemaitre, Pierre

Trois jours une vie

Je relis toujours Pierre Lemaitre et je découvre chaque fois quelque chose de nouveau. Ce roman se démarque de ses autres tant il est inqualifiable. Tenter de vous communiquer mon enthousiasme n’est pas évident.

Le narrateur de 12 ans vous le dira tout de suite : tout ce drame commence avec un chien, Ulysse. Déjà le nom de la bête est inusité dans ce coin perdu de la France. Cet ado ne se lie pas facilement, il est solitaire et en vient à considérer Ulysse comme son seul et unique ami. Il l’aime. On tue le chien de façon assez horrible pour que le garçon perde les pédales et commette l’irréparable. Quelque chose que seul Pierre Lemaitre avec son talent arrive à concevoir et, surtout à rendre plausible.

Cet acte poursuivra notre héros toute sa vie, lequel s’est joué en trois jours. Peur, panique, anxiété, remord, regret, angoisse seront désormais ses compagnons. Adulte, il demeure forcément solitaire et sa vie consiste à attendre LE jour où on frappera à sa porte pour le démasquer. Ce qui n’arrive pas, mais le rebondissement final vaut, à lui seul, la lecture de ce livre. Rien qui nous le fasse entrevoir, déjà un tour de force.

Membre : Anne-Marie, Île-des-Sœurs

Lemaitre, Pierre. Trois jours et une vie, Éditions Albin Michel, 2016, 279 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*