11 juil 2019

Toute la lumière que nous ne pouvons voir

Doerr, Anthony

DAPHNE REBECCA

Ce roman se déroule de 1934 à 1945, plus deux chapitres l’un en 1074 et l’autre en 2014. Il alterne entre l’avant Deuxième Guerre mondiale et les jours de bombardements de Saint-Malo par les Alliés, chacun dans l’ordre chronologique permettant de s’y retrouver facilement.

Sur fond de guerre, d’Occupation et de Libération, l’auteur nous décrit en parallèle, avec une grande sensibilité, l’évolution d’un jeune orphelin allemand et d’une jeune parisienne aveugle, orpheline de mère.

Il sait recréer en quelques lignes, parfois en quelques mots, une atmosphère, un décor, des gestes qui révèlent les émotions des personnages. La tendresse, la poésie, la lecture, la musique, la nature adoucissent la dureté de l’existence et jouent un grand rôle dans leur vie.

L’intelligence, la curiosité, la créativité de Werner lui vaudront d’être envoyé dans une école d’élite allemande où il deviendra un expert en communication radio. Marie-Laure devra fuir Paris avec son père et se retrouvera chez son grand-oncle Étienne à Saint-Malo où elle continuera de développer son autonomie et son courage. Des personnages attachants ou parfois cruels gravitent autour d’eux.

Comment sortiront-ils de la guerre ? Werner et Marie-Laure se rencontreront-ils un jour ? Von Rumpel mettra-t-il la main sur l’Océan de flammes, le diamant qu’il convoite ?

Anthony Doerr nous tient en haleine du début à la fin. Pas une page de trop. On trouvera toujours un lien, parfois inattendu, entre les éléments du récit.

Des chapitres tous très brefs, coiffés de titres tout aussi courts qui nous situent immédiatement dans l’action et nous laissent en appétit de connaître la suite.

Roman riche en rebondissements, en humanité, en réflexions. Écriture et traduction remarquable. Un très bon et très beau récit qui mériterait de se retrouver au palmarès du Club des Irrésistibles l’an prochain.

Titre original : All the Light We Cannot See

Membre : Outremont

Doerr, Anthony. Toute la lumière que nous ne pouvons voir, Éditions Albin Michel, 2014, 2015, 610 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*