08 avr 2021

Tout ce que j’aimais

Hustvedt, Siri

Tout ce que j'aimais

Le professeur Hertzberg enseigne dans une université. Tout débute avec l’achat d’une toile ; dans cette toile, une femme pose dans un vieux gilet. On aperçoit aussi une autre femme qui quitte la pièce, car nous voyons seulement sa jambe, son escarpin… et une ombre. Lorsque nous regardons attentivement, nous croyons que cette ombre est la nôtre.

Bill, un artiste qui deviendra connu, est marié à Lucille, une femme terne et discrète. Ils auront un fils qui sera prénommé Mark. Bill va quitter Lucille pour Violet, une femme engagée, curieuse et vivante.

Le professeur est marié avec Erica. Ils auront un fils de l’âge de Mark qui sera prénommé Matt. Les deux couples vivent une vie aisée. Leur travail, leur intérêt commun pour l’art et l’âge identique des enfants vont créer un lien entre ces gens. Ils vivent tous dans le même immeuble. Les enfants grandissent ensemble.

La mort de Matt, à l’âge de 11 ans, change le cours de leur vie. Erica quitte le professeur afin de vivre loin du chagrin. Mark grandit et devient un garçon particulier. Il ment, il vole, il fugue et côtoie des gens étranges. Le contrôle de Bill et de Violet ne change rien à ce comportement. Le professeur est proche de Mark, car ce dernier lui rappelle son fils.

L’évolution de Mark devient de plus en plus étrange pour tous. Des animaux sont tués dans la rue. Mark est-il impliqué ? Nous sommes entraînés dans une spirale d’événements avec des personnages glauques et des rumeurs concernant Mark.

Si vous aimez lire un livre avec une grande densité de texte, des détails sur les personnages multiples, des suppositions complexes, alors Tout ce que j’aimais vous plaira. J’ai vraiment accroché à cette histoire lorsque le personnage de Matt meurt. La complexité de son personnage est très intéressante. La quête du professeur est particulière et à la limite, incroyable. Les multiples personnages font de ce roman un vrai suspense.

Titre original : What I Loved

Membre : Pierre, Saint-Jean-sur-Richelieu

Hustvedt, Siri. Tout ce que j’aimais, Éditions Actes Sud, collection Babel, 2003, 2005, 457 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter