02 fév 2017

Synapses

Brousseau, Simon

Synapse Brousseau

Wow ! Il était passé sous mon radar celui-là. Il faut dire que c’est un véritable OVNI littéraire, tant par la forme que le contenu.

La forme : Brousseau nous propose, 225 micro-fictions en 108 pages. La composition de l’ensemble a un petit côté oulipien. Tous ses récits sont ramassés en un seul paragraphe de 12 à 13 lignes, rythmés en une seule phrase, écrits au « tu », tout en nous ménageant des chutes ironiques, mordantes et parfois candides.

Le fond. Qu’est-ce que ça raconte ? La vie des gens. L’élasticité du temps. La vie qui tourne en rond comme le ventilateur au plafond. L’amour. La confusion des genres. Les premiers mots d’un enfant. Le charme d’un grain de beauté métastatique. La force de papa, le plus fort au monde. Les découvertes de l’érotisme par un ado visionnant Bleu nuit à TQS. La banale simplicité du bonheur et du souvenir en bouffant un Kraft Dinner bien graisseux avec son môme. La mort d’un être longtemps aimé, la vieillesse combinée au présent de la douleur. L’envie de hurler de rage à la simple évocation des souvenirs. Le repli sur soi. Ce n’est pas toujours drôle. Ça raconte tout ça et son contraire, car il soigne sa chute.

Membre : Rosemont

Brousseau, Simon. Synapses, Éditions Le Cheval d’août, 2016, 108 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*