18 fév 2021

Sur les falaises de marbre

Jünger, Ernst

Sur les falaises de marbre

Des choses à dire, en particulier sur les tyrans, comme Hitler, tout autant que sur le langage et la réflexion ainsi que sur la poésie de la nature. L’auteur cite Linné, grand naturaliste suédois né en 1707, auteur d’une nomenclature des plantes, et le tyran s’appelle « le grand forestier » qui « […] ressemblait à un médecin criminel qui d’abord provoque le mal, pour ensuite porter au malade les coups dont il a le projet ».

L’écriture poétique est remarquable. « Tandis que dans le pays le crime prospérait comme le réseau des moisissures sur le bois pourri, nous nous absorbions de plus en plus profondément dans le mystère des fleurs […] nous poursuivions notre travail sur le langage, car nous reconnaissons dans la parole l’épée magique dont le rayonnement fait pâlir la puissance des tyrans. »

On peut consulter

Un livre du genre fantastique, qui n’est pas sans rappeler Joseph Conrad ou Lovecraft, tous trois auteurs contemporains de la fin du dix-neuvième siècle, une pensée, donc, sur les mondes possibles plus que sur les mondes réels.

Des pensées philosophiques avec une écriture d’une extrême poésie : « On reconnaît les grandes époques à ceci, que la puissance de l’esprit y est visible et son action partout présente. »

« […] Othon disait que là même est le sens de la vie : recommencer la création dans le périssable, comme l’enfant répète en son jeu le travail paternel ».

Un livre très agréable à lire et qui fait réfléchir. Qu’attendre de mieux d’une belle lecture ? C’est Christian Bobin qui m’a mise sur sa piste.

Titre original : Auf den Marmorklippen

Membre : N.L., Île-des-Soeurs

Jünger, Ernst. Sur les falaises de marbre, Éditions Gallimard, collection L’Imaginaire, 1942, 187 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter