27 oct 2016

Sunset Park

Auster, Paul

sunset-paul-auster

Un roman très urbain qui nous plonge dans un quartier négligé de New York. New York qui est un personnage récurent dans l’oeuvre de Paul Auster. En outre, on y retrouve sa passion pour le baseball et, bien sûr, sa fascination ayant trait à l’irréel : « Telle est l’idée avec laquelle il joue […] celle d’écrire un essai sur les choses qui ne se produisent pas, sur les vies non vécues, les guerres qui n’ont pas été livrées, sur ce monde d’ombre qui s’étend parallèlement au monde que nous prenons pour le monde réel, le non-dit et le non-fait, le non remémoré. »
Babelio : « Parce qu’il s’est toujours senti coupable de la mort accidentelle de son demi-frère, Miles s’est banni de sa propre histoire. Il a quitté sa famille, abandonné ses études, et travaille, en Floride, à débarrasser les maisons désertées par les victimes des subprimes. Amoureux d’une fille trop jeune, passible de détournement de mineure, Miles fait bientôt l’objet d’un chantage et est obligé – encore une fois – de partir. Il trouve alors refuge à Brooklyn où son fidèle ami Bing Nathan squatte une maison délabrée, en compagnie de deux jeunes femmes, elles aussi condamnées à la marge par l’impossibilité d’exprimer ou de faire valoir leurs talents respectifs. […] Avec ce roman sur l’extinction des possibles dans une société aussi pathétiquement désorientée qu’elle est démissionnaire, Paul Auster rend hommage à une humanité blessée en quête de sa place dans un monde interdit de mémoire et qui a substitué la violence à l’espoir. »

Titre original : Sunset Park

Membre : Saint-Jean-sur-Richelieu

Auster, Paul. Sunset Park, Éditions Actes Sud, Leméac, 2010, 2011, 320 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*