15 mai 2014

Sous l’arbre à palabres, mon grand-père disait

Diouf, Boucar

Sous arbre à palabres, mon grand-père disait

Entre les fables de La Fontaine et les maximes de Confucius, un délicieux recueil de proverbes africains très colorés. Parfois sorte de récit biblique, et toujours transposés dans la culture québécoise avec humour, les palabres du grand-père sont un hymne à la vie, une philosophie sortie de la terre. Un exemple : « En Afrique, un vieillard qui meurt, c’est comme une bibliothèque qui s’enflamme ». Ou encore : « Qui veut améliorer son sort doit soulever la poussière au lieu de la garder collée au derrière ». Une partie du livre raconte l’acclimatation de Boucar Diouf à l’hiver québécois, on s’en doute, avec humour. Il parle également, mine de rien, du choc des cultures et c’est assez touchant.

Membre : Île-des-Sœurs

Diouf, Boucar. Sous l’arbre à palabres, mon grand père disait, Éditions Les Intouchables, 2007, 214 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*