26 oct 2012

Rome

Zola, Émile

Du cycle Les Trois Villes, Rome est le deuxième tome. Je n’ai pas lu le premier, Lourdes, mais j’en déduis que ce fut une expérience horrible pour le narrateur, Pierre Froment, un jeune prêtre plein d’idéalisme qui faillit y perdre la foi. Il arrive à Rome après un apostolat à Paris auprès des miséreux. Désireux de donner au mot charité plus de justice, il rédige un ouvrage, « La Rome nouvelle », qu’il croyait plein du christianisme des origines et baigné de l’esprit du pape Léon XIII. Mais les autorités ecclésiastiques y voient plutôt des propositions qui vont à l’encontre de l’orthodoxie catholique régnante. Naïvement, le héros se rend à Rome pour défendre ses idées et empêcher la mise à l’index de l’ouvrage.
Zola nous offre une visite guidée des quartiers de Rome, des ruines du Forum en passant par la voie Appienne et par les catacombes. Toute la machine du Vatican est décrite, dans ses hiérarchies et ses luttes de pouvoir. La description des cérémonies mettant en scène le pape est évocatrice d’un faste et d’un enthousiasme inimaginable de nos jours. Le combat politique se jouant entre les tenants de l’Italie unifiée et les partisans du pape que la défaite a privé de son royaume est bien mis en scène. Et bien sûr, des histoires d’amour dans la noblesse déchue viennent donner au roman, par moments quasi didactique, une touche plus incarnée… Le débat opposant le jeune prêtre et un diplomate français sur les mérites de Michel-Ange et de Botticelli vaudrait à lui seul le détour dans cette brique du XIXe siècle. Il semble que le jeune prêtre sera confronté à d’autres puissances dans le troisième et dernier tome, Paris !



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Membre : Grèce

Zola, Émile. Rome, Éditions Famot, 1896, 1980.

Catégorie : Romans... autres genres

Consulter la disponibilité de ce document dans nos bibliothèques.

Pour laisser un commentaire

*