23 juin 2022

Rien ne s’oppose à la nuit

Vigan, Delphine de

Rien ne s'oppose à la nuit

Delphine de Vigan enquête sur une femme mystérieuse, bipolaire, fragile qui s’est donné la mort : sa mère.

Il faut du courage à l’auteure pour relever ce défi et entreprendre cet exercice autobiographique dans la mémoire des archives familiales.

Lucille, sa mère, était issue d’une famille de neuf enfants, réunis pour le meilleur et pour le pire.

L’écrivaine écrit : « Ma famille incarne ce que la joie a de plus bruyant, de plus spectaculaire, l’écho inlassable des morts, et le retentissement du désastre. Aujourd’hui, je sais aussi qu’elle illustre, comme tant d’autres familles, le pouvoir de destruction du verbe, et celui du silence. »

Voilà un livre rempli de tendresse. Bonne lecture !

Prix Renaudot des lycéens 2011.

Abonnée : bibliothèque Germaine-Guèvremont

Vigan, Delphine de. Rien ne s’oppose à la nuit, Éditions Jean-Claude Lattès, 2011, 436 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter