07 déc 2012

Rien ne s’oppose à la nuit

Vigan, Delphine de


C’est mon coup de cœur !
« Elle lève le voile sur la vie de sa mère et par extension, de sa famille au grand complet… Une femme d’exception qui ne craint pas de se livrer », extrait du Libraire.
C’est une histoire difficile mais captivante, une belle écriture attachante.
Tout au long du roman (cela se lit comme un roman) nous nous sentons près d’elle : l’auteure. Plusieurs d’entre nous peuvent imaginer cette souffrance de la mère et des enfants.
Et, en même temps, le grand amour et le respect pour sa mère… la maladie mentale… les tentatives de suicide…
Certaines personnes qui ont eu un parcours tragique semblable ont eu envie d’écrire un livre. Ce qui la distingue, ce sont ses qualités d’écrivaine et sa grande résilience.
Extrait du roman : « La douleur de Lucille, notre mère, a fait partie de notre enfance et plus tard, de notre vie adulte. »
« La douleur de Lucille nous constitue sans doute, mais toute tentative d’explication est vouée à l’échec ».
Ce sont toutes nos vies, nos propres blessures que Delphine de Vigan nous livre dans ce roman, ce récit ou en quelque sorte cette autobiographie.
Elle a toute mon admiration !

Prix Renaudot des lycéens 2011 et Prix du Libraire 2012.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Membre : Île-des-Soeurs

Vigan, Delphine de. Rien ne s’oppose à la nuit, Éditions JC Lattès, 2011.

Catégorie : Romans : relations familiales

Consulter la disponibilité de ce document dans nos bibliothèques.

3 réponses pour “Rien ne s’oppose à la nuit”

Les Irrésistibles » Rien ne s’oppose à la nuit dit : - 26 juillet 2013

[...] oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici. Partager cet article sur : function fbs_click() [...]

3 réponses pour “Rien ne s’oppose à la nuit”

Marie-Renée dit : - 18 juillet 2013

Je viens de terminer la lecture de ce titre; moi aussi je fais ouf! Oui, c'est difficile et douloureux, pas vraiment une lecture de vacances, n'est-ce pas? Pourtant, j'ai aimé l'exploration de cette âme tourmentée et blessée qu'est Lucile. J'admire le courage de l'auteure d'exposer ainsi la vie de sa mère, de sa famille, ses secrets et ses drames. Les générations, le clan, les "personnages", l'époque : le portrait est complet. C'est un tour de force que de pouvoir écrire sur sa mère avec autant de lucidité. J'ai éprouvé beaucoup de compassion pour l'auteure, qui a dû composer avec une mère "inadéquate", c'est le moins qu'on puisse dire. Ma compassion s'étend aussi à Lucile, être complexe, enfin, telle qu'on nous la dépeint.

3 réponses pour “Rien ne s’oppose à la nuit”

Les Irrésistibles » Rien ne s’oppose à la nuit dit : - 18 janvier 2013

[...] oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici. Partager cet article sur : function fbs_click() [...]

Pour laisser un commentaire

*