12 mai 2022

Première personne du singulier

Murakami, Haruki

Première personne du singulier

Il s’agit d’un recueil composé de huit nouvelles.

Sur un oreiller de pierre
Deux jeunes gens vont passer une unique nuit ensemble. En se mettant au lit, elle lui demande si prononcer le nom de celui qu’elle aime quand elle va jouir va le déranger et le prévient qu’elle va se mettre à hurler en jouissant.

La crème de la crème
Essayez d’imaginer un cercle ayant plusieurs centres mais sans circonférence ? Lorsque vous y parviendrez, ce sera pour vous la crème de la crème, l’illumination.

Charlie Parker Plays bossa-nova
Dans ce genre de nouvelles, Murakami est à son meilleur : il nous fait partager sa passion pour la musique des années glorieuses. Cette fois, il est question d’un des plus grands musiciens de jazz des années 40. Pour ceux qui l’ignorent, la bossa-nova est une musique sud-américaine plus proche de la samba que du jazz. Alors dire que Charlie Parker a joué une bossa-nova avec son mythique saxophone c’est, comme l’écrit Murakami, affirmer que Perry Como interprète du Jimmy Hendrix. Et pourtant…

With the Beatles
Tout comme dans la nouvelle précédente, il est question de la musique des années glorieuses, mais cette fois, celle des « sixties » avec les Beatles, évidemment, mais aussi avec les Rolling Stones, les Beach Boys, Diana Ross. Mais le propos est ailleurs. Il est question de perte de mémoire, de souvenirs plus ou moins flous de gens que l’on a croisés et aimés, mais qui se sont détachés de nous à cause de la vie qui nous amène ailleurs.

Recueil de poèmes des Yakult Swallows
Les Yakult Swallows ne sont pas un collectif de poètes. Pour nous, Québécois, ce sont l’équivalent des Expos de Montréal. Poèmes/baseball ! Étrange rapprochement. Murakami adore le baseball depuis toujours. Il a assisté à des centaines de matchs de son club local, les Yakult Swallows. Malgré que ce club ait toujours terminé en dernière position, Murakami aime cette équipe au point d’écrire des poèmes sur ce qui se passe sur le terrain lorsqu’elle affronte une autre équipe.

Carnaval
Il est encore question de musique, mais cette fois de musique classique, en l’occurrence du Carnaval de Robert Schumann. Un jour, Murakami rencontre une femme particulièrement laide mais, comment dirais-je, d’une belle laideur car, malgré ses traits peu harmonieux, cette femme dégage une beauté intérieure qui fascine. Ils se lient d’amitié grâce à une pièce musicale, le Carnaval de Schumann, qui les passionne au plus haut point. Sans raison précise, ils se perdent de vue, jusqu’au jour où…

La confession du singe de Shinagawa
Murakami devait en fumer du bon. Un jour, en voyage d’affaires, il finit par trouver une pension convenable où il a le loisir de jouir de la piscine. Le premier soir, il s’y rend pour se détendre. Il y est seul. Soudain, un singe entre dans la pièce, s’approche de la piscine, se penche et attrape un thermomètre qui indique la température de l’eau. Il regarde le thermomètre puis se retournant vers Murakami : « Est ce que la température vous convient ? » lui demande-t-il. Un singe qui parle ! Oui, pis ! Tous les deux finissent par se retrouver côte à côte, sirotant une bonne bière fraîche, à discuter de choses et d’autres comme deux bons vieux copains. Soudain, le singe lui raconte son amour pour les humaines. Un autre p’tit joint ?

Première personne du singulier
Cette nouvelle donne le titre au recueil et est la plus intrigante. Dans un bar, Murakami parle à une femme qu’il est persuadé de ne pas connaître. Elle lui reproche des faits dont il ne se souvient absolument pas. Face à son agressivité, il quitte le bar. Et c’est tout.

Titre original : Ichininsho Tansu

Membre : Michel, Saint-Jean-sur-Richelieu

Murakami, Haruki. Première personne du singulier, Éditions Belfond, 2020, 2022, 153 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter