26 nov 2020

Nature humaine

Joncour, Serge

Nature humaine

Nous sommes dans le Lot, au début des années 70. Alexandre est le seul garçon d’une famille d’éleveurs bovins. Comme le veut la tradition, il va reprendre la ferme. Il n’a pas le choix. Ses trois sœurs ne rêvent que de partir, de quitter la campagne pour aller s’établir en ville. Elles symbolisent l’exode rural très en vogue à cette époque.

Alexandre pense pouvoir poursuivre son activité d’éleveur sans trop de changement. Il prend soin de ses bêtes. Son modèle est son voisin, le père Creyssac, éleveur de chèvres qui a participé aux luttes pour le maintien des terres agricoles au Larzac. Sorte de vieux sage, il est contre toute forme de progrès qui se fait au détriment de la nature.

Malheureusement, Alexandre ne va pas pouvoir résister à la modernisation et à la mondialisation de sa profession. Pour se maintenir, il va devoir travailler avec l’hypermarché Mammouth de Cahors qui aspire toutes les forces de vente. Ce grand magasin va lui prendre sa viande dans un premier temps puis va lui demander d’agrandir son exploitation en faisant venir des vaches d’ailleurs pour les engraisser.

À travers le regard d’Alexandre, de son enfance jusqu’à sa liaison à l’âge adulte avec Constanze, nous assistons en trente ans au bouleversement de sa profession, mais également aux changements politiques avec l’avènement de la gauche au pouvoir. Il est témoin des luttes politiques violentes contre le nucléaire et les infrastructures routières qui dégradent l’environnement. Selon lui, les catastrophes naturelles qui se multiplient sont le résultat du divorce entre les habitants de la planète et la nature qui les nourrit.

Prix Femina 2020.

Membre : France

Cette suggestion est proposée par un lecteur du Pays de Romans – France, membre du club de lecture Troquez vos Irrésistibles et partenaire du Club Les Irrésistibles des Bibliothèques de Montréal.

Joncour, Serge. Nature humaine, Éditions Flammarion, 2020, 400 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter