25 fév 2021

Monsieur

Toussaint, Jean-Philippe

Monsieur

Monsieur de Jean-Philippe Toussaint était passé sous mon radar au moment de sa parution en 1986. Mon ami S. de Montréal me l’a fortement recommandé.
J’ai fait mes recherches.

Un lecteur irrité écrivait sur Babelio : « Ce texte s’il est bien rédigé ne raconte rien, strictement rien, et le héros “Monsieur” est d’un ennui mortel. »
Il ne se passe rien, disait-il, c’était certain que cela allait me plaire.

Disons pour employer un cliché de la critique littéraire que ce récit est une entreprise de déconstruction des schémas habituels des trames narratives auxquelles est habitué le lecteur lambda et une mise à l’épreuve de sa capacité anticipatoire par différentes stratégies discursives : chemins qui ne mènent nulle part, situations incongrues et loufoques, surproduction réjouissante d’incidentes et d’ellipses.

Un roman ludique, drôle et peu conventionnel. Le Monsieur de Monsieur est tout à fait marrant.

Des citations, à l’appui de mon propos, triées sur le volet et désordonnées au vu de la progression du récit :

« Il y avait là, dans ce salon, prenant l’apéritif devant la cheminée, plusieurs amis des Romanov dont, pour les plus prestigieux, un secrétaire d’État dont Monsieur ignorait jusqu’à l’existence du portefeuille et un scientifique américain qui n’était pas encore arrivé. »

« Ensuite, il entreprit de mettre le couvert, les verres et les assiettes, et posa sur la table une bouteille de beaujolais. Je n’ai pas de tire-bouchon, malheureusement, dit-il, mais ce n’est pas grave n’est-ce pas, nous boirons de l’eau. »

« Il s’assit à côté d’elles [des jumelles] et, les bordant, les embrassa sur les quatre joues. »

« Puis, comme le taxi s’éternisait dans les embouteillages, ils en vinrent à échanger des informations plus personnelles, un peu au hasard, de façon décousue. Ainsi, par exemple, apprirent-ils qu’ils avaient vingt-neuf et trente-quatre ans, tandis que le chauffeur de taxi, pour sa part, en avait quarante-sept. »

« Elle était belle, ainsi, vêtue d’un chemisier blanc et d’une veste en daim. Sur le haut du front, elle avait un petit bouton de chaleur, adorable, qui avait sûrement dû la rendre honteuse quand elle s’était préparée pour la soirée. »

« Monsieur, à vrai dire, aurait été bien incapable de dire pourquoi sa fiancée et lui avaient rompu. Il avait assez mal suivi l’affaire, en fait, se souvenant seulement que le nombre de choses qui lui avaient été reprochées lui avait paru considérable. »

« Monsieur resta longtemps ainsi à regarder le ciel, et, à mesure qu’il s’en pénétrait, ne distinguant plus maintenant qu’un réseau de points et les lignes des constellations, le ciel devint dans son esprit un gigantesque plan de métro illuminant la nuit. Alors il s’assit et, partant de Sirius qu’il repérait sans peine, il évolua du regard vers Montparnasse-Bienvenüe, descendit jusqu’à Sèvres-Babylone et, s’attardant un instant sur Bételgeuse, arriva à l’Odéon, où il voulait en venir. »

Lu en version numérique.

Membre : J. de Rosemont

Toussaint, Jean-Philippe. Monsieur, Éditions de Minuit, 1986, 120 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter