31 déc 2015

Mille soleils splendides

Hosseini, Khaled

mille sol

Le livre de Khaled Hosseini commence par une trahison : Jalil, riche propriétaire d’un cinéma à Hérat, a une fille bâtarde. Il chérit Mariam ; cependant, il ne veut pas l’imposer à ses trois femmes légitimes. Un jour, Mariam frappe à sa porte, mais son père l’éloigne. Il décide de la marier à 15 ans à un cordonnier de Kaboul, son aîné de 30 ans. Un tyran auquel elle ne parvient pas à donner un fils. Il invite une seconde épouse plus jeune, Laila, qui lui donnera une fille, Aziza, puis un fils. La rivalité chez les deux femmes se transformera en amitié.
La condition féminine pénible en Afghanistan est illustrée par une autre femme, Nana, la mère de Mariam, dont la vie se résume en un mot : « Tahamul » : endure. La soumission, le poids de la burqa et l’oppression patriarcale sont le lot de ces femmes. Le livre fait référence à l’Histoire : le commandant Massoud n’avait jamais hésité à faire raser des quartiers entiers de Kaboul, avant d’être assassiné par Al-Qaïda.
À la toute fin de la lecture de ce livre, on ne peut oublier Mariam et Laila. De plus, on apprécie davantage notre liberté de femme. Une invitation à la réflexion.

Titre original : Thousand Splendid Suns

Membre : Guèvremont-Guèvremont

Hosseini, Khaled. Mille soleils splendides, Éditions Belfond, 2007, 405 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*