09 juin 2022

Mille secrets mille dangers

Farah, Alain

Mille secrets mille dangers Farah

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais je me méfie toujours un peu des romans que l’on qualifie d’autofiction. Pourquoi ? Parce qu’il est difficile de faire la part du vrai ou de la fiction dans de tels livres. Je me dis tout le temps que vaut mieux, alors, lire une autobiographie qui normalement – si l’écrivain(e) est honnête –, devrait coller au plus près de la vérité.

Cela prend aussi, je trouve, du courage pour étaler sa vie personnelle sur le papier sachant que des milliers de lecteurs-lectrices vont nous lire, mais peut-être que certains diront que c’est plutôt de l’égocentrisme. Peu importe la raison, j’admets que j’ai beaucoup apprécié ma lecture de Mille secrets mille dangers.

Alain Farah utilise de l’autodérision pour nous parler de sujets tristes ou de situations médicales qui grugent beaucoup d’énergie, mais, en même temps, on ne peut s’empêcher de rire de certaines déconvenues le jour de son mariage avec Virginie où les vœux sont prononcés à l’Oratoire St-Joseph le 7 du 7 2007.

Ce roman est aussi le prétexte pour l’écrivain de revenir sur certains moments clés de sa vie, de parler de plusieurs membres de sa famille et de ses amis, avec tendresse et affection, la plupart du temps. À lire !

Membre : Senneville

Farah, Alain. Mille secrets mille dangers, Éditions Le Quartanier, 2021, 498 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter