12 mai 2016

Mille femmes blanches : les carnets de May Dodd

Fergus, Jim

Mille femmes blanches Pocket

Will Dodd, élevé dans la haute bourgeoisie, a eu vent de la rumeur selon laquelle sa grand-mère May serait partie vivre avec les Indiens. Il retrouve trace de cette aïeule dans la réserve de Tongue River, au sud-est du Montana, où il rencontre le petit-fils de May qui lui remet les carnets écrits par sa grand-mère durant son séjour chez les Cheyennes.
May a été internée à l’asile par ses parents après avoir fui avec un « sans nom » travaillant dans la propriété familiale. Elle a eu deux enfants avec cet homme. Lorsque, en 1875, un chef Cheyenne, Little Wolf, demande au président Grant de lui faire présent de mille femmes blanches à marier à mille de ses guerriers afin de favoriser l’insertion des Indiens, May décide d’être une de ces femmes. La plupart d’entre elles sortent de prison, d’asiles de fous ou sont indigentes et un premier convoi de 48 femmes part ainsi.
May épousera le chef Little Wolf et sera rapidement enceinte. Elle vivra plusieurs mois avec les Indiens en très bonne harmonie jusqu’à l’arrivée des troupes gouvernementales qui massacreront tous les Indiens n’ayant pas intégré une réserve.
L’auteur a sillonné seul avec ses chiens le Middle West afin d’écrire ce livre. Ce roman est un magnifique portrait de femme, un chant d’amour pour le peuple indien et une condamnation sans appel de la politique indienne du gouvernement d’alors. Premier roman de cet auteur.

Titre original : One Thousand White Women : The Journals of May Dodd

Membre : France

Cette suggestion est proposée par un lecteur, du Pays de Romans – France, membre du club de lecture Troquez vos Irrésistibles et partenaire du Club Les Irrésistibles des Bibliothèques de Montréal.

Fergus, Jim. Mille femmes blanches : les carnets de May Dodd, Éditions Le Cherche midi, 1997, 2000, 392 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*