17 sept 2015

Meursault, contre-enquête

Daoud, Kamel

Meursault, contre-enquête

Ce roman m’a hanté durant des semaines… tellement que je l’ai relu une seconde fois après m’être replongé dans L’Étranger (1942) de Camus pour tenter de savoir exactement ce que Daoud avait voulu dire. L’idée d’écrire un tel roman est tout simplement géniale.
Voici le résumé qu’en fait le site Babelio : « Un homme, tel un spectre, soliloque dans un bar. Il est le frère de l’Arabe tué par Meursault dans L’Étranger, le fameux roman d’Albert Camus. Il entend relater sa propre version des faits, raconter l’envers du décor, rendre son nom à son frère et donner chair à cette figure niée de la littérature : l’« Arabe ». Iconoclaste, le narrateur est peu sympathique, beau parleur et vaguement affabulateur. Il s’empêtre dans son récit, délire, ressasse rageusement ses souvenirs, maudit sa mère, peste contre l’Algérie – il n’épargne personne. Mais, en vérité, sa seule obsession est que l’Arabe soit reconnu, enfin.
Kamel Daoud entraîne ici le lecteur dans une mise en abîme virtuose. Il brouille les pistes, crée des effets de miroir, convoque prophètes et récits des origines, confond délibérément Meursault et Camus. Suprême audace : par endroits, il détourne subtilement des passages de L’Étranger, comme si la falsification du texte originel était la réparation ultime. »

Membre : Villeray

Daoud, Kamel. Meursault, contre-enquête, Éditions Actes Sud, 2013, 2014, 153 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*