15 oct 2020

Marche blanche

Castillon, Claire

Marche blanche

Depuis maintenant 10 ans, sa fille Hortense, alors âgée de quatre ans, est disparue. Il y a maintenant 10 ans que cette mère a fermé les yeux quelques secondes de trop pour une partie de cache-cache dans le parc avec sa fille pour qu’un homme, de taille moyenne et mince, kidnappe son unique enfant.

Depuis ce jour-là, elle erre dans sa vie, dans sa maison, dans son corps. Elle essaie d’imaginer à quoi pourrait ressembler sa fille si elle était toujours là ; elle s’invente des dialogues, des jeux, des souvenirs. Son mari, quant à lui, n’a pas non plus abandonné les recherches : il imprime désespérément des photos d’Hortense « vieillie » grâce aux techniques scientifiques de la police qu’il va ensuite coller dans les différents lieux de la ville.

Un matin, un camion de déménagement se gare devant la maison d’en face. Parmi les nouveaux occupants se trouve une jeune adolescente de 14 ans qui ressemble beaucoup à Hortense. Le père n’a-t-il pas remarqué la même couleur de cheveux ? Il aura au moins distingué la même petite cicatrice en forme d’étoile au-dessus de la lèvre de la jeune fille ? Et si c’était elle ? La mère va se raccrocher désespérément à cette idée, comme à une bouée de sauvetage, l’ultime.

Que cela soit dans les nouvelles ou les romans, Claire Castillon maîtrise parfaitement l’art du récit. Les vies de familles quelconques, mais dont certains membres dysfonctionnent. Au fur et à mesure que l’intrigue avance, le trouble, l’angoisse monte et il en va de même dans ce roman.

J’ai beaucoup aimé Marche blanche. On pourrait craindre au départ une histoire triste qui raconte le drame de la perte d’un enfant et la déconstruction d’une famille… mais c’est mal connaître Claire Castillon.

Membre : France

Cette suggestion est proposée par un lecteur du Pays de Romans – France, membre du club de lecture Troquez vos Irrésistibles et partenaire du Club Les Irrésistibles des Bibliothèques de Montréal.

Castillon, Claire. Marche blanche, Éditions Gallimard, 2019, 166 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter