30 avr 2020

Magnus

Germain, Sylvie

Magnus Germain

Un livre envoûtant : impossible de le poser avant d’arriver à la dernière page. C’est l’histoire d’un petit Allemand, né juste avant la guerre. Il perd la mémoire à l’âge de cinq ans, perd ses parents et, au cours de sa vie, perd toutes ses illusions et tous ceux qui lui sont chers.

Sylvie Germain manie le français de façon exemplaire et… préparez vos dictionnaires. La seule chose qui survit dans toute l’histoire est Magnus, le petit ourson, dont notre héros adopte le nom, puisqu’il ne se rappelle plus du sien.

Un livre à lire lorsque l’on est heureux et bien soutenu, car l’histoire de Magnus est solitaire et torturée à l’extrême.

Intéressant de voir un autre aspect de cette réalité de la guerre. Les humains s’entretuent et se détestent, tous les hommes seraient-ils fondamentalement méchants ?

Membre : Westmount

Germain, Sylvie. Magnus, Éditions Albin Michel, 2005, 274 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter