23 juil 2020

Madame Victoria

Leroux, Catherine

Madame Victoria plus haute définition

Selon la romancière, c’est un reportage de l’émission Enquête d’ICI Radio-Canada Télé qui a servi de point de départ au roman : une femme est découverte dans un boisé au bout du stationnement de l’hôpital Royal Victoria et qui n’a pu être identifiée. Tout repose sur le mystère qui l’entoure et rend hommage à celle dont on ne connaît toujours pas le nom.

« Je m’appelle Victoria, mais ce n’est pas mon vrai nom. […] Je m’appelle mystère, douleur ou parfois verdict. […] Je suis une hache, une bombe chargée à bloc, une flèche pointée sur les derniers de l’histoire. Je suis courage, je suis vestige, je suis pont. Je suis lumière. »

Chaque chapitre décrit une fiction de ce qu’aurait pu être cette madame Victoria. De nombreuses références de l’enquête sont intégrées au roman. C’est une série de portraits de femmes et des vies potentielles de Victoria.

Le style de la romancière est poétique avec des éclats très forts. C’est bouillonnant, généreux et fascinant. Catherine Leroux est une auteure à suivre…

Prix Adrienne-Choquette 2016.

Membre : CestDoris

Leroux, Catherine. Madame Victoria, Éditions Alto, 2015 (pour la première version), 2017, 236 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter