05 sept 2019

L’Ombre de nuits

Josse, Gaëlle

L'Ombre de nos nuits

Gaëlle Josse nous plonge au XVIIe siècle, en Lorraine, au cœur de la guerre de Trente Ans. Cet hiver 1639 est particulièrement rude. En plus de la guerre, les villageois doivent affronter la peste. Cette période sombre est éclairée par le regard du peintre Georges de La Tour que l’on découvre en pleine création dans son atelier, véritable havre de paix. Il peint saint Sébastien alité avec Irène et sa servante se penchant sur lui pour lui retirer une flèche à la lueur d’une lanterne.

Comme modèle du visage d’Irène, le peintre choisit sa fille Claude. Deux voix se succèdent dans ce récit, celle du peintre lui-même et celle de Laurent, un apprenti, orphelin rescapé de la peste et recueilli par la famille de La Tour. Il est secrètement amoureux de Claude, la fille du maître. Nous découvrons un artiste reconnu, passionné de son art, intransigeant et sévère.

Au printemps 2014, dans un musée de province, une jeune femme s’arrête devant la toile de Georges de La Tour et soudain des souvenirs d’un amour enfoui remontent.

Gaëlle Josse tisse les deux époques, mais j’ai trouvé que son imaginaire est plus riche au XVIIe siècle qu’il ne l’est au XXIe. Il faut dire que l’époque est moins vouée à la survie, aussi l’enjeu amoureux paraît mineur même si la douleur de l’héroïne est parfaitement bien décrite. La construction m’a semblé un peu artificielle et j’ai été davantage happé par la concentration du peintre sur son œuvre que par la passion malheureuse de cette belle inconnue contemporaine.

Reste, malgré tout, que ce tableau illumine le livre et change le destin des protagonistes. Ce roman parle aussi d’amour et de passion. Gaëlle Josse m’a une fois de plus impressionné par son écriture douce, sensible et raffinée.

Membre : France

Cette suggestion est proposée par un lecteur du Pays de Romans – France, membre du club de lecture Troquez vos Irrésistibles et partenaire du Club Les Irrésistibles des Bibliothèques de Montréal.

Josse, Gaëlle. L’Ombre de nos nuits, Éditions Noir sur blanc, collection Notabilia, 2015, 195 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*