21 avr 2016

L’Impossible dialogue

Gingras, Yves

limpossible gingras

En Europe, à compter du XIIe siècle, les sciences se sont graduellement libérées de l’autorité de la théologie. Cette libération s’est faite de manière souvent violente. Giordano Bruno a été brûlé vif, Galilée a fini sa vie en résidence surveillée et si Copernic n’a pas été inquiété, c’est qu’il est mort à temps. Sous la menace de l’Inquisition et de l’excommunication, ou tout simplement de la perte de leur emploi de professeurs, plusieurs scientifiques ont édulcoré leurs écrits ou carrément contredit leurs découvertes. Il a fallu 350 ans pour réhabiliter Galilée.
L’interprétation littérale des textes bibliques et accessoirement le désir de ne pas scandaliser les fidèles a été l’argument massue pour contredire les découvertes scientifiques notamment dans le domaine de l’astronomie, de la géologie, de la physique, de l’évolution des espèces et de la biologie moléculaire.
Alors qu’on pourrait penser que la théologie et la science sont aujourd’hui des domaines séparés, un fort mouvement religieux et spirituel s’exprime dans certains pays occidentaux pour rejeter les acquis scientifiques.
Ce livre extrêmement bien documenté, qui se termine sur un appel à la raison, se lit comme un véritable roman.

Membre : Lucienne

Gingras, Yves. L’Impossible dialogue : sciences et religions, Éditions du Boréal, 2016, 350 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*