30 juil 2015

L’Étranger

Camus, Albert

l'étranger camus

J’avais lu ce chef-d’œuvre adolescent. Cinquante ans après, c’est toujours un chef-d’œuvre. Et tout au long de ma lecture, j’ai pensé à Simenon. C’est le genre d’histoire qu’il aurait pu écrire. Celle d’un homme ordinaire qui, de fil en aiguille, se retrouve dans un cul-de-sac. Il ne comprend pas que les gens ne le comprennent pas. À tel point qu’il fige.
J’ai pensé aussi à Laurent Gaudé et à son roman Le Soleil des Scorta (2004). Camus aurait pu intituler le sien : « Le Soleil de Meursault ».

Membre : Villeray

Camus, Albert. L’Étranger, Éditions Gallimard, 1942, 171 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*