10 sept 2020

Les Villes invisibles

Calvino, Italo

Les Villes invisibles Gallimard

Pour ceux et celles qui connaissent cet auteur italien, je ne vous apprendrai rien en vous disant que ses textes sont pour le moins étranges. Il nous entraîne toujours dans des histoires à la fois abracadabrantes, mais qui réussissent néanmoins à nous faire réfléchir.

Cette fois-ci, il est question de Marco Polo qui, après chacun de ses voyages, vient raconter à l’empereur Kublai Khan ce qu’il a vu dans les villes qu’il a visitées. Toutes les villes en question, sauf une, sortent de l’imagination de Calvino. Et elles portent toutes le nom d’une femme.

En racontant à l’empereur ce qu’il a vu, Marco Polo réfléchit sur sa propre condition. « On arrive à un moment dans la vie où, parmi les gens qu’on a connus, les morts sont plus nombreux que les vivants. Et l’esprit refuse d’accepter d’autres physionomies, d’autres expressions : sur tous les visages nouveaux qu’il rencontre, il imprime de vieux moules, pour chacun il trouve le masque qui s’adapte le mieux. »

Ailleurs, il nous donne une description assez originale du voyageur. « […] ce qu’il cherchait était toujours quelque chose devant lui, et que, même s’il s’agissait du passé, c’était un passé qui changeait au fur et à mesure qu’il avançait dans son voyage, parce que le passé du voyageur change selon l’itinéraire parcouru, ne disons pas son passé proche auquel chaque jour qui passe ajoute un jour, mais le passé le plus reculé. Dans une nouvelle ville, le voyageur retrouve un de ses passés qu’il ne se savait plus avoir : l’étrangeté de ce que tu n’es plus et que tu ne possèdes plus t’attend au tournant dans des lieux étrangers et non possédés. »

Difficile d’accès ? Pas vraiment. Du moins, pas toujours. Et chaque récit ne fait que deux ou trois pages. Je dirais que c’est le livre idéal que l’on peut lire en voyage. Et rien ne nous interdit de relire plusieurs fois tel ou tel chapitre.

Titre original : La Cità Invisibili

Membre : Michel, Saint-Jean-sur-Richelieu

Calvino, Italo. Les Villes invisibles, Éditions Gallimard, collection Du monte entier, 1972, 2019, 206 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter