16 sept 2021

Les Vestiges du jour

Ishiguro, Kazuo

Les Vestiges du jour

James Stevens est majordome. Durant les années 30, il a travaillé pour lord Darlington et pour un Américain. Après avoir reçu une lettre de Miss Kenton, qui était intendante du domaine avant de se marier, il décide de prendre la voiture pour se rendre chez elle.

Durant ce périple, il partage ses réflexions sur son travail de majordome et sur sa vision des gens placés sur sa route. Il réfléchit aux qualités nécessaires pour être majordome, aux relations qu’il doit entretenir avec son employeur, aux événements qui se sont déroulés dans cette maison, aux relations entre Miss Kenton et lui.

Il relate de savoureux échanges qu’il a dû avoir avec un jeune homme à la demande de son employeur concernant les relations entre les hommes et les femmes durant ces années particulières. Il nous parle de son père ainsi que du moment de la mort de ce dernier. James Stevens nous parle des nécessités de la vie d’un majordome.

Voici un commentaire placé sur le site Babelio par LePamplemousse : « Ah, que j’aime les romans merveilleusement écrits… ! Quel plaisir de lire des phrases extrêmement bien construites, avec de jolis mots, des tournures stylisées mais pas trop, des sentiments nobles, de la retenue, aucune vulgarité… »

Je partage sans retenue ce commentaire. Quelle belle écriture fluide ! Nous sommes rapidement en accord avec les exigences du travail de majordome. J’aimerais souligner la scène de la mort du père de ce majordome. Il est particulier de penser que celui-ci avait comme responsabilité d’assurer son travail alors que son père était mourant. Les sentiments sont constamment retenus ou camouflés. Magnifique moment que cette lecture !

Titre original : The Remains of the Day

Membre : Pierre, Saint-Jean-sur-Richelieu

Ishiguro, Kazuo. Les Vestiges du jour, Éditions Calmann-Lévy, 1989, 2001, 267 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter