20 sept 2018

Les Prénoms épicènes

Nothomb, Amélie

Les prenoms epicenes Nothomb

J’ai finalement lu l’Amélie nouveau. Honnête. Avec elle, il faut jouer le jeu. Elle sait raconter des histoires. Elle écrit de vilains contes de fées un tantinet moralistes. Elle aime bien puiser chez les classiques. Cette fois-ci, c’est chez Shakespeare, Richard III.

Un conte sur l’ambition, la vengeance, le désir, la trahison et le meurtre. Il faut jouer le jeu, je disais. Car elle était vraiment nunuche la Dominique, la principale protagoniste du récit, pour se laisser séduire par ce benêt de Claude, de l’endurer et le supporter malgré la haine qu’il porte à sa fille, la charmante Épicène, d’être complètement aveuglée par ses manipulations.

Des excès, vous verrez : le coup du Channel no 5 ou le don de la voiture de Reine à Dominique. Des facilités narratives : écouter aux portes pour découvrir son lourd destin ou le coup de la Rive gauche (pas la première fois qu’on nous la fait, cette sotte ambition).

Enfin, c’est un conte, il ne faut pas bouder notre plaisir. On a encore pu boire de l’excellent champagne, améliorer notre vocabulaire dans les deux langues officielles (to crave, cœlacanthe), s’amuser à débusquer ses clefs et à s’esbaudir devant ses jeux de miroir. Enfin, ça nous incitera peut-être à relire Shakespeare jusqu’à l’intoxication.

Membre : J. de Rosemont

Nothomb, Amélie. Les Prénoms épicènes, Éditions Albin Michel, 2018, 155 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*