01 juin 2012

Les Oliviers du Négus

Gaudé, Laurent

Les Oliviers du Negus

J’ai beaucoup apprécié ce recueil de nouvelles de Laurent Gaudé. Certaines sont d’une justesse et parfois d’une cruauté à faire frémir dans le comportement humain en temps de guerre ou autrement.
Je suis présentement à lire Essais de réponse (Gallimard, 2000, 2005) d’Erri De Luca : c’est un bijou de philosophie et de justesse dans la connaissance de la nature et la condition humaine. C’est un livre que je lirai deux fois.

Membre : Ville Mont-Royal


2 déc 2011

Encore une fois, je me suis laissé emporter par l’écriture de cet auteur. Quatre nouvelles sur la folie des hommes, la guerre et sur la peur : le suspense est au rendez-vous, mais aussi une plongée dans les profondeurs de l’humain.

1- Les Oliviers du Négus :
À la mort de Zio Négus, le narrateur revient au village où il retrouve Éléna, sa compagne. Tous deux ont tissé des liens d’amitié avec le défunt. Le récit entrelace habilement leurs souvenirs du Négus et du passage de Frédéric II dont le Négus parlait sans cesse.
Les descriptions magnifiques de la région et des oliviers servent souvent de déclencheurs au récit qui se termine ainsi : « Je veux que nous portions encore la marque du Négus : l’infirmité lumineuse de ceux qui ont dans le crâne des rêves trop grands et, dans le regard, la beauté des hommes insatiables. »

2- Le Bâtard du bout du monde :
Le centurion Lucius commande des soldats de l’Empire romain. Il est envoyé avec sa troupe aux confins de l’Empire. Il tue le responsable de cette forteresse isolée. Les hommes de celui-ci l’accompagneront en territoire inconnu. Ils seront tous tués et Lucius sera ramené dans l’Empire. On le laisse retourner à Rome, infirme et à demi paralysé, où il se voit comme le messager de la destruction prochaine de l’Empire.
Écriture très forte, belle et tragique.

3- Je finirai à terre :
En faisant appel au fantastique, l’auteur écrit une fable tragique sur la guerre, folie des hommes, et sur la nature qui reprend ses droits.

4- Tombeau pour Palerme :
Un juge anti-mafia revoit l’assassinat de son frère et sait que le même sort l’attend à plus ou moins brève échéance. On l’entend penser et ses monologues s’adressent à son frère mort à qui il parle au « tu ».
Il est lucide, remet en question son engagement de lutter contre la mafia, mais persiste.
C’est magnifique, fort, profondément humain.
À lire !



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Membre : Outremont

Gaudé, Laurent. Les Oliviers du Négus, Éditions Actes Sud, Leméac, 2011, 157 pages.

Catégorie : Contes et Nouvelles, Livres audio

Consulter la disponibilité de ce document dans nos bibliothèques.

Pour laisser un commentaire

*