26 fév 2015

Les Métamorphoses d’un mariage

Márai, Sándor

sandor

Écrivain hongrois, né en 1900, il a connu, dès ses premiers romans, un immense succès. Les Métamorphoses d’un mariage ne fait pas exception à la règle. En trois récits qui cernent au plus près la vérité des personnages (celui de l’épouse trahie, celui du mari cédant à la passion et finalement, celui de la domestique qui brise le couple), Sándor Márai analyse avec une finesse saisissante sentiments et antagonismes de classe. Bien évidemment, il décrit également la fin d’un monde et d’une société – la bourgeoisie hongroise de l’entre-deux-guerres – sujet préoccupant qui s’impose dans une autre de ses oeuvres : Les Braises (1942). Et pour cause ! Antifasciste déclaré dans une Hongrie alliée à l’Allemagne nazie, il est pourtant mis au ban par le gouvernement communiste de l’après-guerre et s’exile aux États-Unis en 1948 où il terminera ses jours plus de quarante ans après. Fort heureusement, il est devenu un auteur culte de la jeunesse hongroise et jouit maintenant d’une notoriété mondiale.
En quatrième de couverture, on peut lire : « Un livre à ranger à côté de ceux de son aîné autrichien Stefan Zweig : ils en ont la tendresse, l’intelligence et l’élégance ». Ce sont exactement ces mots et ces émotions que la lecture de cette oeuvre magnifique suggère.
Pour ma part, l’oeuvre de Sándor Márai est de la grande littérature !

Titre original : Az agazi

Membre : Outremont

Márai, Sandor. Les Métamorphoses d’un mariage, Éditions Albin Michel, 1949, 2006, 449 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*