30 juil 2020

Les chars meurent aussi

Lavoie, Marie-Renée

Les chars meurent aussi

J’ai tout aimé de ce roman : que ce soit l’histoire qui se déroule en 1993 dans la Basse-Ville de Québec, le langage bigarré, les pointes d’humour qui nous donnent une bolée d’air frais quand certaines situations sont trop tristes et les personnages dépeints avec sensibilité et délicatesse. On sent que Marie-Renée Lavoie aime le monde qu’elle décrit même si ce sont, pour certains d’entre eux des « poqués » de la vie ou, au mieux, des gens ordinaires. L’entraide est au rendez-vous ainsi que la compassion, les rires et les larmes.

On s’attache à Laurie Gagnon, la narratrice de 18 ans, à sa mère, préposée au stationnement d’un hôpital, à son père garagiste, à Cindy Leclerc, la « tite tannante » de sept ans nouvellement débarquée avec ses parents dans le quartier et qui sera d’une certaine manière « adoptée » par les Gagnon, au beau Romain Leduc qui ne laisse pas Laurie indifférente… et à quelques autres.

J’ai été conquise par Les chars meurent aussi qui nous rappelle combien nous avons des écrivains talentueux au Québec.

Membre : Saint-Lambert

Lavoie, Marie-Renée. Les chars meurent aussi, Éditions XYZ, 2018, 244 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter