24 mar 2016

Les Cercueils de zinc

Alexievitch, Svetlana

les cercueils de

Dans ce livre, l’auteure bélarusse et prix Nobel de littérature (2015), traite de la guerre entre l’URSS et l’Afghanistan qui a eu lieu de 1979 à 1989. Sa technique est simple, c’est une sorte de documentaire oral fait des témoignages mis bout à bout. Svetlana Alexievitch a parcouru le pays et enregistré les témoignages des officiers, des soldats, des infirmières, des employées civiles, des vétérans qui ont participé à la guerre et qui en sont revenus amputés, blessés, perturbés. Ce sont aussi des mères et des veuves qui ont reçu les restes de leurs fils ou de leur mari dans un cercueil de zinc. Contrairement à ce qui se passe dans la religion orthodoxe où le défunt est visible dans son cercueil jusqu’après les funérailles, ces femmes n’ont jamais revu le corps du soldat et plusieurs pensent qu’il n’était pas dans le cercueil.
Les témoignages sont terribles. Certains vétérans ont été amenés de force en Afghanistan, croyant être mobilisés pour une autre destination. La propagande décrit les soldats comme des héros faisant leur devoir international pour protéger les frontières du pays. Les Cercueils de zinc raconte une toute autre histoire. Sur place, l’équipement fait défaut, les uniformes ne conviennent pas à un pays désertique où la chaleur est accablante, la nourriture est périmée, on manque de lits et de pyjamas pour les blessés. Les soldats font du marché noir et se font abattre avec du matériel soviétique. Les soldats rançonnent et maltraitent les recrues qui font la même chose aux plus jeunes quand ils prennent de l’ancienneté. Et chaque camp invente les mutilations les plus extrêmes et les plus humiliantes. Les cercueils toujours scellés sont rapatriés et enterrés un peu partout dans les cimetières pour que la population ne prenne pas conscience du nombre de morts. Et surtout, certains vétérans qui ont tué des Afghans, hommes, femmes, enfants et même les ânes, reviennent au pays avec le goût de tuer, pour retrouver l’intense émotion du champ de bataille.
Ce livre qui raconte l’envers de la propagande a été reçu comme le viol d’un tabou. L’auteure a fait l’objet d’un procès truqué pour avoir porté atteinte à l’honneur et à la dignité des demandeurs.

Membre : Lucienne

Alexievitch, Svetlana. Les Cercueils de zinc, Éditions Christian Bourgeois, 1990, 285 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*