22 fév 2013

Léa

Mercier, Pascal

Tout a commencé lorsque, au sortir de la gare de Berne, Léa, la fille de Martjin s’est arrêtée, fascinée par le son du violon d’une artiste de rue.
Elle a huit ans. Son père lui achète son premier violon et lui fait donner des cours par Marie, avec qui l’enfant a une relation fusionnelle. Elle commence une brillante carrière de violoniste. Son père lui achète un deuxième violon, un Amati, une petite fortune. Léa rencontre alors un nouveau professeur qui l’entraîne encore plus haut. Mais à 19 ans, Léa commence à perdre la tête, à rester prostrée des journées entières, à tenir des propos incohérents, à ne plus pouvoir jouer. Pour qu’elle reprenne les concerts, son père détourne tout l’argent de son laboratoire et lui achète alors la perle des violons, un Garneri del Gesu. Mais un soir, après un concert couronné de succès, Léa, prise de folie, brise tout : son violon, sa carrière, sa vie et celle de son père. Internée à St Rémy de Provence, elle se donne la mort peu après.
Comment équilibrer l’équation du don exceptionnel d’un enfant et de sa fragilité ? Jusqu’où peut-on aller pour sauver son enfant ? Comment gérer le succès de son enfant sans se projeter soi-même dans cette réussite ? Un roman sombre, écrit un peu comme un polar. On s’enfonce volontiers avec ce père dans les sables mouvants de questions parentales dévorantes.

Cette suggestion est proposée par un lecteur, du Pays de Romans – France, membre du club de lecture Troquez vos lectures et partenaire du Club Les Irrésistibles des Bibliothèques de Montréal.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Membre : France

Mercier, Pascal. Léa, Éditions Libella : Maren Sell, 2007, 2010.

Catégorie : Romans : condition féminine, Romans : relations familiales

Consulter la disponibilité de ce document dans nos bibliothèques.

Pour laisser un commentaire

*