30 nov 2012

Le Torrent

Lavoie, Simon

torr

Contrairement à ce que l’on fait la plupart du temps, j’ai d’abord vu le film tout récent de Simon Lavoie, que l’on connaît pour son autre film, Le Déserteur, très simple, mais très émouvante critique sociale de la conscription. Le Torrent est d’une toute autre facture. Le réalisateur a travaillé sur un scénario très fidèle à l’œuvre littéraire bien qu’il se soit permis certaines adaptations, qui restent toutefois consonantes avec l’esprit de l’œuvre d’Anne Hébert. On y découvre l’histoire d’un enfant, puis d’un jeune homme, meurtri, détruit par l’éducation rigoriste, autoritaire et abusive d’une mère – il vaudrait mieux dire une marâtre – qui veut en faire un prêtre pour réparer le mal qui a envahi sa propre vie et pour atteindre, à sa place, la perfection à laquelle elle aspire maladivement. Le film nous introduit dans une atmosphère grave et sombre où la nature – et il est en cela très « hébertien » – prend une ampleur saisissante et presque étouffante. On évolue dans un univers clos fait de ciels plombés, de bruits de chute assourdissants, de sous-bois à demi éclairés. La photographie est magnifique et la bande sonore tout autant. Le personnage central, François, reste cependant énigmatique bien que le réalisateur nous montre de façon très claire les événements qui ont entraîné son malheur, les raisons qui sont à la source de sa déraison. On sort finalement de là avec l’impression de s’être fait déposer un monde de malheur sur les épaules. Il me semble que le scénario est réalisé de manière un peu trop lugubre : lenteur, décor naturel envahissant, souffle rauque capté par un micro hypersensible, désespoir et horreur qui se lisent sur les visages, tout, sauf le personnage de la jeune Indienne, nous accable. Fort heureusement, le réalisateur a pensé à ces écrans blancs qui, à plusieurs reprises, viennent scander le récit et nous permettent ainsi de prendre du recul… en même temps qu’une grande respiration. Malgré tout cela, ce film demeure selon moi une réussite. Le défi était de taille et a été très bien relevé.

Avec Victor Andrés Trelles Turgeon, Dominique Quesnel et Anthony Therrien.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Membre : Pointe-Claire

Lavoie, Simon. Le Torrent, Film québécois, 2011.

Catégorie : Films/Séries

Consulter la disponibilité de ce document dans nos bibliothèques.

Une réponse pour “Le Torrent”

luc jodoin dit : - 30 novembre 2012

Décidément, je m'y précipite. Merci.

Pour laisser un commentaire

*