04 mai 2012

Le Sourire de la petite juive

Farhoud, Abla

Le Sourire de la petite juive Farhoud

6 avril 2012

Je veux remercier le membre du Club des Irrésistibles pour cette référence. Même pour les lecteurs qui n’habitent pas à deux pas de la rue Hutchison comme moi, et ne croisent pas quotidiennement des juifs hassidiques, ce livre est charmant. Écrit en langue québécoise noble et colorée (par une Libanaise), le roman nous présente les résidants de la rue, côté Mile-End et côté Outremont. Colorés eux aussi, et pas seulement au niveau de la peau. Pour connaître les gens de Montréal, c’est un livre que je recommanderais. Un petit bijou.

Membre de : Farhoud, Abla


16 mars 2012

Dire la ville, riche, multiculturelle, vivante et créatrice, en brossant le portrait d’une palanquée de personnages que de simples choses rassemblent : une rue (Hutchison), la curiosité, des sourires et la vie qui va. C’est le défi, réussi, que s’est donné Abla Farhoud. Je ne résume pas, les membres du Club des Irrésistibles l’ont bien fait ici. J’ajouterai simplement : à lire pour comprendre comment la lecture de polars et la fréquentation des bibliothèques constituent de parfaits remèdes à la dépression, comment une Jamaïcaine peut pénétrer dans une synagogue le jour du sabbat hassidim, comment apprendre le français en lisant, à répétition, Gabrielle Roy, comment un simple sourire peut constituer le parfait chemin de traverse vers l’autre. Un coup de coeur tout simple d’une Libanaise, arrivée au Canada en 1951, qui a su avec maestria rendre la culture québécoise, son interculturalisme, son langage, son accent, ses excès. Je vous le recommande chaudement. Deux ou trois petites heures de plaisir… À vous donner envie d’envahir la rue pour bien habiter la ville. Le roman du printemps, il se pointe, vous verrez, bientôt une Italienne souriante, ira sarcler son jardin à la façade de son logement et y plantera de beaux pieds de tomates… sur la rue Hutchison.

En lice pour Le Combat des livres 2012 de Radio-Canada.


20 janv 2012

L’histoire est simple… Françoise quitte très tôt sa banlieue pour s’installer sur la rue Hutchinson. Écrivaine de renom, elle décide d’écrire sur ses voisins qu’elle côtoie depuis plus de 40 ans. Une chronique sympathique des résidants avec des passages de la vie de la romancière et du journal intime d’une jeune juive hassidique. Une très belle fresque de vie de quartier du Mile-End, une mosaïque de personnages décrits avec justesse. Finesse et bonheur.


23 déc 2011

Ce n’est pas un roman à proprement parler que ce récit d’Abla Farhoud, plutôt un portrait ou une galerie de portraits où la rue Hutchison, à la frontière du Mile-End et d’Outremont, condense toutes les particularités de la métropole. L’auteure se dédouble : une romancière projette d’écrire à propos de la rue qu’elle habite depuis fort longtemps, entourée de juifs hassidims, de résidents de souche canadienne-française et d’immigrants. La frontière entre les deux quartiers, les langues et les religions, est au cœur du récit.
D’un côté, une communauté dont les familles nombreuses vivent au rythme des rituels et des cérémonies conformes à leur religion – et coupée de tout regard ou contact étranger ; de l’autre, des gens émancipés, des ménages d’une personne souvent âgée… Abla Farhoud a donc imaginé une fillette juive intriguée par ce monde de goys où la solitude et la flânerie sont possibles.
L’auteure rend hommage à une rue, au Montréal qui séduit les nouveaux arrivants – qu’ils viennent de la province ou d’une contrée étrangère – et surtout à la littérature : sur Hutchison, on lit, on écrit, on prépare les textes pour l’édition !



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Membre : Outremont

Farhoud, Abla. Le Sourire de la petite juive, Éditions VLB, 2011, 216 pages.

Catégorie : Livres numériques, Romans : condition féminine, Romans : québécois

Consulter la disponibilité de ce document dans nos bibliothèques.

3 réponses pour “Le Sourire de la petite juive”

Hélène de Mont-St-Hilaire dit : - 5 mai 2012

Ce livre m'a donné le goût d'observer les gens qui m'entourent dans le voisinage. La description des personnages m'a beaucoup plu. merci à vous tous.

3 réponses pour “Le Sourire de la petite juive”

Roger Farley dit : - 7 avril 2012

Une invitation à être attentif aux autres à ces personnes que nous croisons dans notre rue, notre voisinage, l'autobus...Une invitation à recevoir et faire don de notre sourire, ce petit signe de reconnaissance humaine.

3 réponses pour “Le Sourire de la petite juive”

Luc Jodoin dit : - 9 mars 2012

Merci pour la suggestion. Je termine ce livre le sourire aux lèvres...

Pour laisser un commentaire

*